Cancer – Horoscope et Portrait


Cancer

Le Cancer sur le plan ésotérique

Vous êtes né sous le Cancer, l’un des signes les plus naturellement dotés de pouvoirs psychiques. Vous savez enregistrer les pensées, capter les atmosphères, en bref vous faites preuve d’une grande empathie. Pour vous il ne s’agit pas pour autant de pouvoirs. Vous expliquez cela comme un sens qui vous permet de sentir ce que le public réclame de vous. De ce fait, vous savez aussi, lorsque vous mettez vos craintes de coté, saisir avec justesse ce que désir l’être aimé.

Vous êtes du type clairvoyant. Vous pouvez apercevoir des auras ou recevoir des informations du passé, du présent, comme de l’avenir. Elles peuvent se matérialiser à vous sous forme d’image, comme si vous aviez un écran intérieur qui permet de capter autre chose que la réalité qui s’étend à vos yeux. Votre don est encore plus grand, puisque vous êtes capable d’entendre ce que va dire une personne, avant même que celle-ci n’ouvre la bouche.

Boule de Cristal, feuilles de thé, marc de café (cafédomancie), tous les moyens sont efficaces pour que vous puissiez étoffer votre pouvoir de divination. Mais faites attention à ne pas vous surpasser. Ce ne sont pas des jeux et devez faire attention à votre énergie psychique.

Portrait du natif du Cancer selon Michèle Curcio

Le premier trait caractéristique du Cancer est son étrange attachement à ses origines, à la source de sa vie, à sa famille, à sa mère. Son attachement à tous ses souvenirs d’enfance, à son foyer, à son école, à ses petits amis. La vie est timide qui naît dans une saison de doute, et c’est le cas pour le Cancer ; aussi restera-t-il un être avide de protection. Cet élément de sa personnalité est représenté par la carapace du crustacé qui est le symbole du signe. Sous cette écorce qui n’est pas rude, à proprement parler, mais solide, le corps vivant reste très fragile et vulnérable.

Le natif du Cancer sera toujours avide de satisfaire d’abord les besoins primordiaux de la vie, ils sont simples : la faim, la soif, le sommeil, la chaleur. Même si les manifestations de ces besoins sont assez complexes pour ne pas apparaître au premier abord, elles se révèlent présentes et sous-jacentes à chacune des aspirations d’un Cancer. Il est vrai que c’est le cas de tous les êtres vivants d’avoir ces besoins-là, mais, chez le Cancer, le sens de cet appel devient plus net si on le compare au signe qui, sur le Zodiaque, se trouve diamétralement opposé, c’est-à-dire le Capricorne.

Le Cancer est un signe d’eau

Parmi les éléments servant de base à la compréhension du caractère des natifs du Cancer, il y a la notion des eaux-mères. Le Cancer est un signe d’Eau, il s’agit d’une eau grouillante de vie, car ce signe est encore dans la première moitié de l’année, donc dans la période ascendante de la vie. La psychologie du natif du signe s’en ressent. Ne se situant pas facilement dans la « programmation » universelle, ce personnage restera longtemps enfantin. Ne sachant rien de son avenir, il se retourne dans le giron maternel sans oser s’en éloigner, sans faire aucun choix. Tout l’attire et tout l’angoisse, et le sein maternel est la seule chose dont il soit sûr. Toute sa vie le natif du Cancer restera en union étroite soit avec sa mère, soit avec sa famille, soit avec son pays natal, toujours avec un élément important de ses origines. Ce n’est qu’en hésitant qu’il s’engagera sur le chemin de sa vie personnelle et c’est aussi d’une manière prudente que marche le crabe. S’il s’éloigne des eaux-mères, il refuse toujours de leur tourner le dos : d’où sa démarche latérale…

La personnalité du Cancer de type pur est à caractère féminin.

Cela ne veut pas du tout dire que les hommes de ce signe manquent de virilité ; cela veut dire qu’ils sont des êtres réceptifs, passifs, sensibles, vulnérables et soumis à l’influence de la Lune. Le caractère opposé, qui est le caractère masculin, peut aussi se rencontrer chez des femmes tout à fait charmantes et très féminines par ailleurs, c’est celui des êtres dynamiques, actifs, volontaires, se dominant facilement et plus facilement fâchés que blessés. Des êtres soumis à l’influence du Soleil. Le Cancer rêve de rester enfermé dans sa carapace, dans l’œuf natal. Il n’apprécie pas d’être lancé dans le vaste monde où la moindre chose le fait souffrir. Pour résister, il s’arme dans le style défensif. Il s’enveloppe psychiquement d’une carapace dure que vous ne voyez pas, mais dont vous constaterez des effets qui vous resteraient incompréhensibles si vous n’étiez pas informé de ses tendances profondes et secrètes : on le croit dur et insensible, il est tendre, sentimental et fragile.

Dans la vie de tous les jours, ce besoin de la « carapace » se traduit chez le Cancer par le choix de ses travaux : il préfère toujours le travail que l’on peut accomplir à la maison, il est toujours tenté de rester chez lui au lieu d’aller à la rencontre des événements extérieurs. Il attend les offres chez lui plutôt que d’aller tirer les cordons de sonnette. C’est un trait féminin. Qui aime le plus le creux de la maison, si ce n’est la femme ? Mais ce désir n’est pas toujours réalisable, dans la plupart des cas, le Cancer est bien forcé de sortir de chez lui, de prendre le train, de suivre la cohorte des travailleurs et de se mêler à la foule résignée des « heures de pointe ». Il le fait, mais il en souffre. Rentré à la maison à la fin de sa journée, il lui faut plus de temps qu’aux autres pour se calmer de l’agitation où ce dérangement quotidien le plonge jour après jour. Il a besoin de douceur, de portes closes, de voix basses, de rideaux tirés sur des fenêtres calfeutrées et d’une longue nuit pour oublier les coups reçus pendant la journée, les coups psychiques, s’entend. Et le lendemain, il faudra qu’il soit en mesure de repartir vers cette foule qui, ne le déchiffrant pas, dit de lui : il est insensible, il est dur, il est indifférent.

Le Cancer est un incompris.

Souvent il ne le sait pas. Mais il perçoit vaguement comme un manque d’harmonie dans sa vie et il ne décèle pas toujours où est le mal. S’il ne trouve pas sa compensation, il se repliera de plus en plus sur lui-même; il s’efforcera de trouver des conditions d’existence lui permettant de réduire au minimum ses rapports avec la société et tous les contacts avec le monde extérieur. La compensation, c’est essentiellement une âme compréhensive qui soit unie à lui avec assez d’amour pour deviner ce qu’elle ne comprend pas. Il serait bon que les mères sachent tout cela et que, si elles mettent au monde un enfant sous ce signe, elles veillent à appliquer toutes les règles d’éducation visant à détacher l’enfant de la mère et à lui donner très tôt le sens profond de son indépendance personnelle et de ses responsabilités. Elles n’ont pas à craindre d’aller trop loin : le psychisme de l’enfant le ramènera toujours vers elles.

Physique du natif du Cancer

Type lunaire, le Cancer est un dilaté. Il n’est ni mince ni longiligne, mais il est fait de lignes courbes. Il est rarement grand ; il a souvent le visage rond, le front bombé, les yeux à fleur de tête, l’arcade sourcilière peu marquée; chaque individu de ce signe ne possède pas tous ces caractères, mais il en possède quelques-uns.

Mentalement, le Cancer est dans la catégorie des primaires

Il cède à la première impression. Le trait dominant de l’esprit des natifs du Cancer leur est apporté par la Lune : c’est l’imagination. Chez eux, elle est vive, variée, renouvelée sans cesse, d’une étendue étonnante et d’une vitalité constante. Le Cancer rêve la vie, crée des personnages et leur donne une réalité, un relief qui ferait penser qu’il y croit. Mais il n’en est rien, car le Cancer possède, secrètement, une grande qualité qui contrebalance cet état de rêve dont on parle beaucoup. Cette qualité, que l’on dirait exactement symbolisée par les pinces du crabe, c’est la ténacité. Le Cancer ne lâche pas la proie qu’il a saisie. Sa trop grande sensibilité est bien à l’abri sous sa dure carapace, il peut agir sans crainte de se blesser. Quand il a enfin fixé son choix et quand il s’est engagé sur une voie, dans une carrière, il s’en tient là et ne varie plus qu’il n’ait obtenu ce qu’il veut. En somme, les meilleures chances de bonheur dans la vie d’un Cancer se trouvent dans le voisinage de sa maison natale. Tous les jours qu’il y pourra vivre seront des jours heureux. En ce qui concerne la puissance et la richesse, on ne saurait assurer que les dons des natifs de ce signe soient de ceux qui portent vers des tels succès. Toutefois, par la voie artistique, étant donné leur exceptionnelle sensibilité, ils peuvent rencontrer la gloire, la célébrité, la renommée et l’argent.

Sur le plan du bonheur personnel

Les chances du Cancer dépendent de la sagacité avec laquelle il saura choisir la compagne de sa vie, si c’est un homme, son mari, si c’est une femme. Le conjoint sera comme un ersatz de la mère, principalement dans les cas où la mère fera défaut. Ce rôle sera donc essentiellement de tendresse : rassurer en donnant l’illusion d’une protection réelle l’illusion, car souvent le Cancer croit avoir besoin d’être protégé et il n’en est rien. Le rôle du conjoint sera donc de remplacer le berceau maternel par une aura de tendresse et par l’organisation d’un foyer où les éléments essentiels seront le confort et la sécurité. Dans une telle situation le Cancer pourra trouver le bonheur, le calme et aussi les meilleures conditions pour la réussite de sa carrière professionnelle. Ne jamais oublier que le modèle décrit ici est le type pur du Cancer, qui ne peut être que théorique. Dans la réalité, ce type est modifié par le signe ascendant et par les planètes présentes dans le ciel de naissance du sujet; son environnement agit également sur sa personnalité et peut la modifier au cours de son évolution naturelle.

Complétons ces indications en précisant que la pierre-talisman pour les natifs de ce signe est la perle, que le jour qui lui est favorable est le lundi; que ses nombres de chance sont le 8 et le 3, ses couleurs l’argent et le blanc. Son métal porte-bonheur est l’argent et le lieu qui lui est le plus favorable pour y vivre est le bord de l’eau, qu’il s’agisse de la mer ou d’un lac, ou mieux encore l’eau.